Catégorie : TCHAD, Jeunesse, violence, Déby

Pourquoi Bachir a été rappelé à la tête du ministère de la sécurité au Tchad?

Pourquoi Bachir a été rappelé à la tête du ministère de la sécurité au Tchad?

Comme beaucoup des tchadiennes et tchadiens, j’ai été surpris par le récent remaniement gouvernemental, surtout, par le changement à la tête du ministère de l’intérieur et de la sécurité. Pourquoi monsieur Bachir, connu pour sa violence dans la répression des manifestations a été rappelé à la tête de ce ministère juste un mois après avoir été remplacé par monsieur Bahkit alors que, ce dernier, a réussi, sans être convaint, à dissuader, lors d’un soit disant dialogue, une bonne partie des mouvements de la société civile, organisatrices de la marche du 25 de janvier à annuler leur participation à cette marche ?

Comme un jeune observateur de la scène politique de mon pays, depuis l’accession au pouvoir de Déby, j’affirme sans peur de me tromper que la nomination de Bachir est l’expression de la peur d’un régime en deboir, devant toutes les constatations sociales et politiques dont il est objet. Le régime n’ayant plus aucun argument solide pour convaincre le peuple tchadien sur les causes de la crise actuelle , revient à son argument de toujours, celui de la force et de la violence. Le régime sait que appeler la société civile à la table de négociations, finira par révéler son incompétence à gérer le pays, montrera au grand jour que la crise actuelle n’est pas due à la chute du prix du baril du pétrole sur le marché international comme il veut nous le faire croire, mais qu’est le fruit de la corruption, du vol et de la mauvaise répartition des biens de l’État.Au Tchad, les biens du pays profitent dans leur grande partie aux proches de ceux qui nous dirigent. C’est tout cela qui justifie le retour du super flic Bachir au commande la sécurité nationale. Face à la détermination de la jeunesse à découdre avec le pouvoir de Déby par des marches pacifiques, le gouvernement n’a plus autre moyen que la force représentée ici par Bachir et ses méthodes violents à disperser toute action civile contre le gouvenement.

Mais Déby et sa bande se trompent. Leur violence ne vaincra pas la détermination de la jeunesse tchadienne qui veut le changement et veut l’avoir pacifiquement. La jeunesse est fatiguée de vivre la même situation d’exploitation depuis plus de 27 ans. C’est pour cela qu’elle dit « Iyina » et réclame le changement.

Mbaidiguim Djikoldigam

Publicités