A Copa dos Refugiados de 2019 tem seu pontapé inicial — Africa do Coração

A Secretaria Municipal de Assistência Social e Direitos Humanos (SMASDH) do Rio de Janeiro, junto com a Ong África do Coração, deram o pontapé inicial na Copa dos Refugiados de 2019. O tema deste ano será “Reserve um minuto para ouvir uma pessoa que foi forçada a deixar o seu país”. “Estamos mais uma…

A Copa dos Refugiados de 2019 tem seu pontapé inicial — Africa do Coração
Anúncios

Hommage à tous les immigrés morts en mer à la recherche d’une vie meilleure

Selon l’organisation internationale pour les migrations(OIM), plus de 17000 personnes sont mortes ou portées disparues entre 2014 et 2018 en voulant traverser la Méditerranée à la recherche des conditions de vie meilleure en Europe. Ce nombre révèle l’ampleur du drame que représente cette question pour l’humanité.

Dans cette publication, je ne prétends pas m’attaquer aux causes, ni parler des conséquences, moins encore apporter des pistes de solutions à ce drame. Je laisse cela aux spécialistes de ce sujet. D’ailleurs, cette question a été et est encore thème de plusieurs réunions et rencontres internationales, à haut niveau, reunissant spécialistes de différents domaines pour penser comment éviter ces pertes en vie humaine. Malheureusement, ces réunions et rencontres n’ont pas toujours atteint les résultats escomptés.



C’est pourquoi, dans cette publication,je n’aborde pas cette question sous cet angle. Mais, je préfère simplement rendre un hommage à tous ces immigrés morts dans la Méditerranée en voulant vivre, faisant miennes les paroles d’un poeme tiré de la page Facebook Merveilleux Contes d’Afrique.

A ce frère Inconnu mort en voulant vivre

Il a quitté son village avec le sourire et ses parents avec les larmes.

Sa mère l’a serré fort et lui a dit : « sois fort mon fils, tu sais comme je t’aime, reviens-moi vite… »

Puis il est parti vers l’inconnu, vers une terre qu’on disait riche d’humanité et de progrès ;

Il voulait fuir la misère pour revenir aux siens avec un peu plus de lumière.

Puis il est parti, vers l’inconnu…

il pensait emprunter les routes du paradis, il a atterri en enfer.

Il s’est embarqué avec des inconnus, il a payé le prix cher pour traverser ;

Il pensait acheter un ticket pour le bonheur et il s’est embarqué dans le train de la mort.

Enfant de la chaleur, il ne connaissait pas le froid, enfant du désert, il ne connaissait pas la mer, enfant des terres, il ne savait pas nager.

Piégé entre ciel et mer, il y a eu une terrible vague, et la barque a basculé, il est tombé dans les eaux profondes.

Enfant des plaines, il ne savait pas nager.

Dans son angoisse, en se débattant désespéré, il a pensé à son village, à ses frères et sœurs, à ses amis, à son père et surtout à sa mère.

Dans son ultime souffle, il a eu quelques larmes, et il a dit en s’étouffant : « pardonne-moi maman, je n’ai pas réussi à vous aider, et je meurs sans t’avoir revue. »

Le pauvre… c’était plus difficile qu’il ne croyait, la forteresse Europe était inaccessible.

Quel destin ! il est né dans les terres sèches et il est mort en pleine mer.

Il est mort à cause d’un monde impitoyable, il est mort à cause d’un système meurtrier, il est mort en voulant vivre…

Hommage à toi, héros inconnu des temps modernes…

Déby boudé par les fonctionnaires

A l’unanimité, les fonctionnaires tchadiens présents à l’assemblée de l’intersyndicale de ce matin ont dit NON à Déby.

Cette assemblée convoquée avait pour objectif rendre compte de la rencontre que certains représentants de la plareforme ont au milieu de la semaine avec le chef de l’État.

Selon ces representants, lors cette rencontre d’à peu près 3 heures, le président avait demandé aux sindicalistes de susprendre la grève tout en maintenant le dialogue pour chercher des solutions à la crise et, laissé aussi entendre son intention de maintenir la loi 32 relative à la ponctuation des salaires. Ce qui n’a pas été du goût des fonctionnaires qui n’ont d’autres solutions que durcir leur position.

Avec ce non catégorique à Déby, habitué à jouer ainsi avec les tchadiens, les fonctionnaires de sont déterminés à découdre avec ce régime oppresseur qui depuis 27 ans vole et exploite le peuple tchadien.

Il est temps que le régime comprenne que le peuple est fatigué d’être toujours celui qui subit les atroces conséquences de sa mauvaise gestion.

Les contradictions israéliennes

“Israël va expulser des immigrés africains de son territoire”. C’est l’une des informations dans les manchettes des médias ces derniers mois. Qui lit la bible ou connaît l’histoire récente d’Israel ou même étudie le Droit international et écoute une telle information ne peut pas rester indifférent.
Il est vrai que l’État d’Israël actuel n’est pas le même d’Israël de la Bible. Mais il n’est un secret pour personne, que l’une des bases sur lequel cet État a été créé en 1947 est la bible. Voulant ou pas, la Bible reste le texte que fonde l’identité du peuple juif, que forme dans sa majorité l’Etat d’Israël . Aussi, c’est une évidence que la politique de colonisations des territoires palestiniens par le gouvernement et la réclamation de Jérusalem comme capital a comme panneau de fond l’utopie de reconstruir l’ancien royaume davidique. Nous n’allons pas entrer dans les détails ici. Mais nous restons ouverts au dialogue avec qui veut savoir plus.
Car notre objectif dans cet article est la question d’expulsion des immigrés africains du territoire isralien. Nous voulons donner notre avis sur cette information en nous basant sur le texte, qui reste au fond, le texte qui oriente les actions du gouvernement de ce pays, même si officiellement cela n’apparaît pas, en d’autres termes l’Écriture sainte juive.
En effet, l’Écriture sainte juive, base de formation d’Israel comme peuple le présente comme un peuple d’immigrés et exige de lui un bon accueil aux étrangers qui vivent dans son sein. Plusieurs versets de la Bible rappellent au peuple juif qu’il a été lui aussi un étranger dans un autre pays. Pour ce fait, il doit traiter l’étranger qui habite sur son territoire avec dignité . Le plus fameux de ces versets est Lévitiques 19,33-34: ” Si un étranger réside avec vous dans votre pays, vous ne le molestrez pas. L’étranger qui réside avec vous sera pour vous comme un compatriote et tu l’aimeras comme toi-même, car vous avez été étrangers aux pays d’Égypte. Je suis le Seigneur, votre Dieu.” Alors pourquoi le gouvernement d’Israël qui se réclame descendant du peuple de la Bible ne suit pas cet ordre donné par Dieu à leurs ancêtres? Ou l’Écriture sert seulement quand c’est pour réclamer le territoire? Pourquoi cette contradiction ?En plus de cela, l’histoire récente d’Israël, nous montre que beaucoup des juifs fuyant les persécutions nazistes et anti-semites ont été accuellis de bras ouverts dans plusieurs pays. La preuve sont les colonies juives, très attachées au territoire d’Israël que nous rencontrons un peu partout dans le monde. Alors, pourquoi, renvoyés chez eux des immigrés africains en Israël? Pourquoi seulement des africains sachant qu’il n’ y a pas seulement des africains immigrés en Israël? Si cela n’est pas du racisme, qu’est ce cela peut bien être ?Le gouvernement israélien comme son allié Trump démontre ainsi tout son derespect, sa haine, son racisme vis à vis de l’Afrique, oubliant ses propres racines de peuple d’immigrés. Quelles contradictions pour un peuple qui connaît ce qu’est souffrir.

M.D

Pourquoi Bachir a été rappelé à la tête du ministère de la sécurité au Tchad?

Comme beaucoup des tchadiennes et tchadiens, j’ai été surpris par le récent remaniement gouvernemental, surtout, par le changement à la tête du ministère de l’intérieur et de la sécurité. Pourquoi monsieur Bachir, connu pour sa violence dans la répression des manifestations a été rappelé à la tête de ce ministère juste un mois après avoir été remplacé par monsieur Bahkit alors que, ce dernier, a réussi, sans être convaint, à dissuader, lors d’un soit disant dialogue, une bonne partie des mouvements de la société civile, organisatrices de la marche du 25 de janvier à annuler leur participation à cette marche ?

Comme un jeune observateur de la scène politique de mon pays, depuis l’accession au pouvoir de Déby, j’affirme sans peur de me tromper que la nomination de Bachir est l’expression de la peur d’un régime en deboir, devant toutes les constatations sociales et politiques dont il est objet. Le régime n’ayant plus aucun argument solide pour convaincre le peuple tchadien sur les causes de la crise actuelle , revient à son argument de toujours, celui de la force et de la violence. Le régime sait que appeler la société civile à la table de négociations, finira par révéler son incompétence à gérer le pays, montrera au grand jour que la crise actuelle n’est pas due à la chute du prix du baril du pétrole sur le marché international comme il veut nous le faire croire, mais qu’est le fruit de la corruption, du vol et de la mauvaise répartition des biens de l’État.Au Tchad, les biens du pays profitent dans leur grande partie aux proches de ceux qui nous dirigent. C’est tout cela qui justifie le retour du super flic Bachir au commande la sécurité nationale. Face à la détermination de la jeunesse à découdre avec le pouvoir de Déby par des marches pacifiques, le gouvernement n’a plus autre moyen que la force représentée ici par Bachir et ses méthodes violents à disperser toute action civile contre le gouvenement.

Mais Déby et sa bande se trompent. Leur violence ne vaincra pas la détermination de la jeunesse tchadienne qui veut le changement et veut l’avoir pacifiquement. La jeunesse est fatiguée de vivre la même situation d’exploitation depuis plus de 27 ans. C’est pour cela qu’elle dit “Iyina” et réclame le changement.

Mbaidiguim Djikoldigam

La naissance des Mouvements Citoyens des jeunes au Tchad annonce-t-elle un futur “printemps tchadien”?

Une des nouveautés de ces dernières années sur la scène politique et social au Tchad est la naissance des mouvements citoyens des jeunes. En exemple nous pouvons citer le Mouvement Citoyen IYINA et le Mouvement Citoyen Jeunesse En Marche. A l’image des autres mouvements de jeunesse sur le continent africain comme Y en a marre du Sénégal e d’autres, ces mouvements se veulent une plate forme d’expression pour la jeunesse tchadienne qui en a marre d’être manipulée et exploitée par des politiciens véreux comme en témoingent les propos de Mirim Dillah Evariste, coordinateur de Jeunesse En Marche lors de lancement des activités dudit mouvement:

« La jeunesse est toujours invitée au combat mais est exclue de la table des convives. La jeunesse est toujours conviée aux campagnes électorales mais pas au moment de ripailles. La jeunesse est toujours endormie par des beaux discours mais jamais éduquée dans l’Unité – Travail – Progrès. Toutes les valeurs sont inversées et le Tchad s’assombrit du jour en jour. C’est pourquoi, Jeunesse en Marche est le mouvement de tout jeune en quête d’un Tchad uni, libre et prospère »
Leia mais em https://www.alwihdainfo.com/Tchad-endormis-par-des-beaux-discours–des-jeunes-lancent-un-mouvement-citoyen_a60625.html#oOfjPFv8kbQeiB7m.99

Pour atteindre leurs objectifs, ces mouvements utilisent des moyens légaux comme marche pacifique, conférence de presse, atéliers de formation citoyenne aux jeunes, des lettres ouvertes pour défendre les droits de la jeunesse, reclamer plus des transparences dans la gestion des biens publiques, dénoncer la corruption qui gragène le pays, dénoncer les injustices mais surtout réclamer une alternance au pays. Car pour ces mouvements, le principal mal du Tchad est le régime actuel. Pour cela une solution aux problèmes du pays ne peut-être possible sans une alternance democratique.

Cette partie prise contre le régime en place est à l’origne de beuacoup des difficultés que rencontrent les membres de ces Mouvements pour réaliser leurs activités et s’imposer réelement comme porte parole de la jeunesse tchadienne qui réclame de plus en plus sa place dans la gestion de ce pays. Parmis ces difficutés, nous pouvons citer les différentes ménaces et persécutions de la part du gouvernement. Les plus communes sont interdiction de manifester et de réaliser leurs activité , des arrestations et des enfermements arbitraires et même des ménaces de mort. En preuve l’ article suivant d’Amnesty intenational dénonçant l’arrêt de Nadjo Kaina Palmer, porte parole du mouvment citoyen IYINA et d’une douzaine de membres sans motif:

Tchad. Le leader d’un mouvement citoyen détenu au secret, une douzaine de membres arrêtés

Toutes ces ménaces et arrestations font que ces mouvements n’arrivent pas à réaliser librement leurs activités. Mais leur courage pour affronter le pouvoir malgré les difficultés leur donne chaque fois plus de crédibilité tant au niveau national comme au niveau international, surtout, auprès de la jeunesse. La majorité des jeunes se sent représentée par ces mouvements. La preuve est le nombre chaque fois croissant des jeunes participant aux activités de ces mouvements ou adhérant à leurs réseaux sociaux. Il faut noter que cette crédibilité est encore plus grande auprès de la diaspora tchadienne. Nous n’avons pas des données statiques pour prouver notre affirmation. Mais, nous pouvons nous appuyer sur les interactions sur la page facebook du mouvement citoyen IYINA pour parler de la portée des actions de ces mouvements auprès de la diaspora tchandienne et à l’intérieur du pays. Dans un pays où l’accès à internet est contrôlé et est encore un luxe, avoir plus cinq mille (5000) fans sur une page d’un mouvement citoyen représente beaucoup des choses. En plus de cela, la participation des jeunes aux marches citoyennes organisées par ce mouvment depuis sa création et le controle du mouvement de ces membres et ces activités par le gouvernement démontrent le poids qu’ils sont entrain de prendre au pays.

Tout ceci nous fait voir le futur des actions de ces mouvements citoyens avec espérance, au point de parler d’un “printemps tchadien”. Le gouverment tchadien parait négliger cela vu la sourde d’oreilles aux réclamations et aspirations légitimes de la jeunesse. Au lieu de répondre aux demandes de ces jeunes, il se serve de sa main mise sur le pouvoir pour créer la division au sein de la jeunesse tchadienne et continuer à la manipuler et ne voit pas que les temps sont entrain de changer.Déby et son système seront supris quand la jeunesse tchadienne prendra le pouvoir. La naissance des mouvements citoyens de la jeunesse au Tchad est une preuve claire de l’aspiration des jeunes du Tchad au changement. La jeunesse tchadienne a pris conscience que l’avenir de ce pays dépend d’elle. A l’instar des autres jeunes du contienent et du monde, elle veut marquer l’histoire comme protagoniste et sujet et non comme objet comme elle l’a été jusqu’à un passé récent. Je vois une fleur bourgeonnée au bout du tunel annonçant le printemps tchadien. Les échos du pays qui m’arrivent ici de la part de beaucoup des compagnons ressemblent fort bien au chants des oiseaux du printemps . Ne serions-nous pas entrain d’entrer dans le “printemps tchadien”?

Mbaidiguim Djikoldigam